Essai sur la conception d’une économie prospère

Tous aveugles!

Déficits budgétaires, contraction du PIB, balance commerciale… Politiciens, économistes, analystes et journalistes malaxent et ressassent, avec un talent varié qui n’a d’égal que l’intelligence nécessaire pour pédaler un vélo à 4 roues, la morosité économique ambiante.

Avec mon bac+0 en économie (ce qui me laisse la liberté de dire des bêtises sans risque), je suis convaincu depuis longtemps que l’économie répond aux lois de conservation de la matière « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

Pourtant, dans la plupart des pays dit démocratiques on trouve souvent 2 camps avec des théories opposées. Si les uns affirment que la solution pour une économie prospère consiste à aller au nord, les autres se contentent de crier à l’escroquerie et soutiennent que l’issue ne peut se trouver ailleurs qu’au sud.

Pour finir, je constate que les dégâts causés par Sartre sur mon intellect sont plus profonds que je ne le pensais. Cet article a totalement échappé à mon contrôle et je vais finalement me consacrer à l’économie de mes neurones.

Bonne nuit.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire