Retour au bercail

Goodbye Sofia, Paris encore, Yaoundé.

Yaoundé, rien n’a changé. Nsimalen, le même aéroport qu’on pourrait confondre, à s’y méprendre, à un centre de vaccination contre la fièvre jaune.

A mon grand dam, une infirmière m’informe que je ne suis plus immunisé depuis 2 mois. Pourtant, j’ai préféré échapper à la séringue. Ce qui est beau dans mon pays, c’est qu’on n’est pas obligé de faire un vaccin obligatoire pour y rentrer.

Des millions de camerounais ne sont pas vaccinés contre la fièvre jaune. Quelle logique pousse les autorités sanitaires du Cameroun à s’inquiéter plus diligemment de la santé des voyageurs aériens que du reste de sa population ?

Si un jour je deviens président, croyez moi, il y aura du changement.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Retour au bercail

  1. Ping : La mort, les taxes et les ADC | Sam : seul au monde

  2. Ping : Aïe, Nsimalen | Sam : seul au monde

Laisser un commentaire